index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
Littérature - index
Jean-Luc Raharimanana
« île en île » - page d'accueil
espace
Écoutez l'auteur lire cette nouvelle en cliquant sur l'icone:
Cliquez pour écouter Jean-Luc Raharimanana lire « Le maître des décombres »
(6,16 minutes)
tous droits réservés - crédits

« Le maître des décombres »

espace

     DZAMALA crie son nom. Dzamala. Dzamala. Et la meute se réveille, se lève. Dzamala, crie-t-elle.

     Dzamala est de retour. Dzamala a fumé toutes les ordures de la terre. Raconte Dzamala. Raconte.

     Vu dans les volutes qui cerclaient l'océan le rouge de vos sangs, le blanc de vos crachats.

     Le vert Dzamala. Le vert.

     Le vert de vos excréments.

     Vu dans les volutes qui enserraient l'océan le hachis de vos chairs. Vu les squales qui se précipitaient. J'ai fumé toutes vos ordures et ai répandu vos senteurs sur tout l'océan.

     Dzamala ! Dzamala ! La meute s'écroule de joie sur les décombres. Raconte ! Raconte !

     Vu la femme nue, ivre de vos senteurs, s'ouvrir voluptueuse et m'offrir sa toison en herbe.

     T'as fumé Dzamala. T'as fumé ta ration d'herbe.

     J'ai fumé. J'ai plané. Dzamala est mon nom. Je fume toutes les ordures de la terre, toutes ces choses qui ne nous reviennent que pourries, que faisandées.

     T'as fumé Dzamala. T'as fumé toutes nos richesses.

     Dzamala est mon nom. Dzamala.

     L'enfant, Dzamala, l'enfant jeté à la poubelle, dépecé, le cœur, le foie, les yeux, la rate vendus, trafiqués, tu l'as découpé plus encore pour lui extraire sa délicatesse. T'as dépouillé sa peau, ô Dzamala, pillé son-innocence. T'as fumé. Tiré dans ses tripes. T'as plané, Dzamala, dans le royaume des innocents.

     Dzamala. Dzamala est mon nom.

     Le fou, Dzamala, le fou qui haranguait les chiens, perdu, égaré par sa misère, se prosternait devant toi, te présentait son cou. T'as tiré Dzamala. T'as tiré sur ses carotides. T'as fumé. Fumé ton herbe dans ses grosses veines caillouteuses de sang. T'as plané, Dzamala, vêtu d'ombres, de brumes, au-dessus des terres de ce délireux.

     Dzamala est mon nom. Dzamala. Je reviens pour fumer toutes vos ordures.

     Et la mère, Dzamala, la mère vautrée dans les immondices, pressant l'orange pourrie contre les lèvres sèches de son enfant, pleurant, espérant des larmes nourricières, s'agenouillait à tes pieds. T'as vendu son enfant, ô Dzamala. Pour une poignée d'herbe. Pour un vol au-dessus des terres d'illusions.

     La meute s'écroule de rire, se pare de rognures, de feuilles et de brindilles.
     Dansez ! Dansez !

     T'as brouillé la boue, ô Dzamala, et les pleurs qui l'enflaient ont remonté à la surface. T'as bu, Dzamala, ces pleurs qui ne se décomposent.

     J'ai lu toutes les lettres qui volent au vent. J'ai lu toutes les lettres qui s'enracinent en la boue, retrouvé les mémoires corrompues, dépravées. J'ai lu toutes les souffrances, me suis grisé d'encre perdue. Je me suis soûlé de tant de douleurs. Je me suis enivré. J'ai plané, plané très loin au-dessus des terres d'affliction.

     Ô Dzamala ! Dzamala !

     Dansez ! Dansez !

     La meute se pare de rognures et danse, danse. La meute s'enlace et s'accouple. Dzamala jubile, attrape une femelle et fornique à mourir.

     Dzamala, ô Dzamala !

     La meute râle et s'écroule de fatigue. Dzamala, Dzamala, Dzamala...

bleu

« Le maître des décombres » est un extrait du recueil, Rêves sous le linceuil, de Jean-Luc Raharimanana, publié pour la première fois aux Éditions Le Serpent à Plumes (Paris: 1998), pp. 101-106.

© 1998 Le Serpent à Plumes
© 2003 Île en île pour l'enregistrement audio.

Enregistré à Paris le 10 juillet 2003

tous droits réservés

retour en haut de page

espace
Elbadawi, Baco, Raharimanana
lors de l'enregistrement pour Île en île, l'auteur (à droite), accompagné de Soeuf Elbadawi (à gauche, vocal) et, au milieu, le musicien Baco.

bleu

Retour:

bleu
 
« île en île » - page d'accueil
index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
 
tous droits réservés © 2003
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/raharimanana_dzamala.html
mise en ligne : 27 juillet 2003