index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
Littérature - index
Stéphane Martelly
« île en île » - page d'accueil
Écoutez l'auteure lire ce poème en cliquant sur l'icone:
Cliquez pour écouter Stéphane Martelly lire un extrait de « La boîte noire »
(1,10 minutes)
tous droits réservés - crédits

La boîte noire

(extrait)

Stéphane Martelly - Passion
Passion de Stéphane Martelly
16'x20' acrylique sur canevas © 1998

 

                    Il faut marcher le long des fils électriques pour monter au ciel. Accrocher la lumière au passage avec un bout de fil de fer recourbé dans un jardin entouré de murs. Au risque d'être foudroyés par la vie.

     Mais l'herbe est coupée, mon amour, et il ne faut pas avoir peur. Il ne faut pas avoir peur d'avancer s'il fait sombre.

     Comme quand j'avance dans l'espace se creusant dans le noir sur un fil électrique qui s'allonge et où se perpétue une lumière invisible.

     Je vous l'annonce : les camionnettes continueront de glisser, et les phares continueront de flotter, et les fenêtres s'ouvriront sur des mers enfin calmes, et le cri de la pierre sur les vitres s'évanouira dans les yeux.

     Parce que les choses ne sont réelles que lorsqu'elles peuvent mourir. Or tout ceci se survit à force d'habitude dans les murs à six pans d'une boîte entièrement noire. Que rien ne peut être vrai puisqu'ils sont toujours là et qu'un jour tout le monde se réveillera et chantera en voyant que le soleil se lève.

     Mais moi, je ne saurai plus voir et j'appellerai la nuit dans un hurlement de silence.

Écoutez l'auteure lire ce poème en cliquant sur l'icone:
Cliquez pour écouter Stéphane Martelly lire un extrait de « Départs »
(0,38 minutes)
tous droits réservés - crédits

Départs

(extrait)

Stéphane Martelly - Beauté
  La Beauté de Stéphane Martelly
18'x20' acrylique sur canevas © 1995

Voilà la nuit.

Je me tenais tout contre toi aux marges de la ville en attendant que quelqu'un donne visibilité à nos désirs.

Mais les regards sont lointains et ils n'ont pas de failles. Ils nous diluent sans hésitations. Ils nous demandent nos papiers.

 

Voilà la nuit

Notre souffle pourtant nous est mutuellement respirable

Nos corps ont matière à discussion

à larmes

à remembrance

 

Juste le moment de cette mort,

et nous pourrons y aller.

Ces deux poèmes sont extraits de La Boîte noire suivi de Départs de Stéphane Martelly, recueil publié pour la première fois en 2004 à Montréal dans une co-édition des Écrits des Hautes-Terres et des éditions du CIDIHCA, pages 39-40 et 70. Poèmes et tableaux reproduits sur « île en île » avec permission. Droits d'exploitation et de reproduction : Stéphane Martelly.

© 2004 Stéphane Martelly ; © 2005 Stéphane Martelly et « île en île » pour l'enregistrement audio
Enregistré à Montréal le 5 juin 2005
tous droits réservés

retour en haut de page

Retour:

 
« île en île » - page d'accueil
index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
 
tous droits réservés © 2005
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/martelly.html
mise en ligne : 22 novembre 2005