index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
Littérature - index
Édouard Glissant
« île en île » - page d'accueil
Édouard Glissant - page de présentation
Sylvie Bourel
photo © Carlotta Forsberg
Paris, 2009





 

Écoutez l'interprétation du texte en cliquant sur l'icone:
Cliquez pour écouter Sophie Bourel dire le début du recueil, « Les Indes »
(5,04 minutes)
tous droits réservés - crédits

Les Indes

par Édouard Glissant

(extrait interprété par Sophie Bourel)

     Les Indes s'adresse à chacun d'entre nous, raconte l'origine d'un monde qui est nôtre et réveille les traces et les traumatismes enfouis, qui constituent le socle de notre relation au monde. Il y est question de notre mémoire collective et surtout du silence posé sur un passé douloureux et honteux.
     Chaque auditeur apprend et ce, quelque soit sa culture ou sa lecture de l'événement. Mais surtout chaque auditeur peut voir, refaire le voyage originel.
Il en ressort plus ouvert et l'échange peut avoir lieu, les mémoires se rencontrer.
     La langue de Glissant est telle que chacun en l'entendant devient créateur à son tour, en faisant son chemin de visualisation et d'émotion, car l'imaginaire de chacun est illimité.
     Le concept de la « pensée du tremblement » ayant guidé notre travail lors des séances de répétitions avec Edouard Glissant, il me permet lors de la transmission du texte, de m'accorder aux tremblements du monde et suspendre le « moi hormis l'autre ». Suspendre le jugement pour entrevoir la forme entière de l'humaine condition... C'est pour toutes ces raisons que je ressens la nécessité de transmettre ce texte, absolument.

– Sophie Bourel


L'Appel

     1492. Les Grands Découvreurs s'élancent sur l'Atlantique, à la recherche des Indes. Avec eux le poème commence. Tous ceux aussi, avant et après ce Jour Nouveau, qui ont connu leur rêve, en ont vécu ou en sont morts. L'imagination crée à l'homme des Indes toujours suscitées, que l'homme dispute au monde. Ceux qui partirent d'Espagne et du Portugal, convoitant l'or et les épices ; mais soldats et mystiques aussi. Le Chant nomme le père Labat, jacobin et corsaire ; puis ce nègre prophète qu'il fit fouetter à sang, lequel avait vu grandir sur la mer, avant qu'ils eussent paru, les bateaux ; et nomme Toussaint-Louverture, esclave et libérateur d'Haïti... Mais il ne faut anticiper sur l'histoire : voici le port en fête, l'aventure qui se noue ; le rêve s'épuise dans son projet. L'homme a peur de son désir, au moment de le satisfaire.

 

I

Sur Gênes va s'ouvrir le pré des cloches d'aventures.
Ô lyre d'airain et de vent, dans l'air lyrique de départs,
L'ancre est à jour !... Et la très douce hébétude,
Qu'on la tarisse ! Au loin d'une autre salaison.
Ô le sel de la mer est plus propice ici que l'eau bénite de l'évêque,
Cependant que la foule fait silence ; et elle entend la suite de l'histoire...
Ville, écoute ; et sois pieuse ! Religion te sera faite dans nos coeurs,
Qui avons su l'émoi et la boussole, et d'autres oeuvres sur la voile.

II

L'homme arrête le geste, il dit, gardant l'écume : « Ce combat
« Fut d'écumes, de foi, de soleils et de sangs,
« Où l'or taché de sang, avait sa part essentielle ; et la folie, sa part ! »
Et quelqu'un dit : « Nous sommes plage de l'écume, ô fils. »
Il dit... Nous, sur la plage, il nous est fait licence de nous assembler à la proue de la voix, de crier,
Sur la plage, l'Éclair, seule raison des Écumeurs.

III

Il dit ; et la plage ne sait, à ce début, de quelle écume se fera
Sacre ou ravage ? Nul ne sait, pieds nus sur le sable nu,
De quelles Indes voici l'approche et la louange, ou quel ce capitaine
(Aveuglé de vents ou de diamants ?)
Que la voix sur la plage somme encore de partir, libérant la boucle d'amarre ?
Mais cette science est plus profonde.

IV

Comme le nègre, sur les mornes, qui prédit
Le vol proche d'un bateau porteur de femmes nouvelles et de casseroles,
(Femme de La Rochelle et casseroles de fer-blanc, dit-il),
Et qui souffrit d'un prêtre la saumure et les piments — écorché vif !
Mais le bateau ne vint-il pas à quai, caressant de sa toile humide
Le pays de carne et de mort !

[...]

VI

Indes ! ce fut ainsi, par votre nom cloué sur la folie, que commença la mer.
Avait-elle pris forme ou pris naissance, dites-le, jusqu'à ce jour
Quand les vieillards de ce côté que verdit le soleil, se levèrent
Et dirent, balbutiant : « Où va le souffle, sont les Indes » ?
Ils priaient. Et faisaient lance de leur dieu pour le planter sur la première grève.
Puis ils partirent.

VII

Qu'était la mer, et son écume ? Savait-on si sa parole ne se mourait
En quelque gouffre, au loin des routes révélées ?
Longtemps ainsi la voix de l'homme se perdit aux temples
Pour obscure qu'était la route jusqu'au temple ! Et cette mer,
Croyait-on pas qu'elle coulait dans l'infini, goulue qui bée, jusqu'à tarir ?
— Puis, l'autre rive fut saluée !

VIII

Chacun vit que l'océan faisait commerce de soi-même, à l'autre plage de la vie.
Qu'il était riche de manguiers, de soies, d'épices, de venelles
(Mais où était l'épice, et où était la soie, tu le demandes maintenant ?)
Et chacun s'écria que l'océan est force dure, qui s'éprouve, impure,
Et se nourrit de sa chair même !

Cet extrait est tiré du recueil Les Indes, d'Édouard Glissant, publié pour la première fois aux Éditions Le Seuil (Paris, 1965): pages 67-73 (le début de la partie éponyme, avril-juin 1955).

© 1965 Éditions du Seuil.
© 2011 Sophie Bourel pour l'enregistrement audio.
enregistré à Paris le 10 novembre 2010 ; reproduit sur Île en île avec permission.
tous droits réservés

retour en haut de page

Retour à:

 
« île en île » - page d'accueil
index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
 
tous droits réservés © 2011
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/glissant_indes.html
mise en ligne : 3 février 2011