index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
Littérature - index
Daniel Boukman
« île en île » - page d'accueil
espace

Daniel Boukman espace
photo © Stéphanie Bérard
Le Gosier (Guadeloupe), juin 2004

Daniel Boukman est né le 15 avril 1936 à Fort-de-France (Martinique). Son pseudonyme est emprunté au nom du prêtre vaudou, organisateur le 14 août 1791 de la cérémonie du Bois Caïman qui marque de début de l’insurrection définitive à Saint-Domingue, menant à l'indépendance d'Haïti.

En 1954, Daniel Boukman quitte la Martinique pour Paris où il fait des études de lettres classiques à la Sorbonne et milite au sein de l'Association des Étudiants Martiniquais. En octobre 1961, en refusant de revêtir l'uniforme militaire français, il entre en insoumission lors de la guerre coloniale menée par la France en Algérie. Par le canal d'une organisation issue du Front Antillo-Guyanais pour l'Autonomie, interdite en 1961 par le gouvernement français du moment, il rejoint alors (au Maroc) le Front de Libération National Algérien. En juillet 1962, il regagne l'Algérie indépendante où, de 1966 à 1981, sous l'égide du ministère de l'Éducation Nationale algérien, il enseigne le français au lycée Ibn Tourmet de Boufarik.

C'est dans cette période que Boukman écrit ses premières pièces (en français) qui traitent de thèmes politiques : la situation coloniale de son pays, l'émigration forcée de ses compatriotes en France, les limites de la Négritude, le néocolonialisme, la place de la femme algérienne pendant la guerre de libération et après l'indépendance, la solidarité avec la lutte du peuple palestinien.

Amnistié en 1975, il effectue des voyages dans son île natale, mais reste en Algérie jusqu'en 1981, date à laquelle il retourne à Paris où, entre autres, il fait partie de l'équipe de Radio Mango (radio nationaliste) jusqu'à sa suppression en 1987. Pendant la même période, il milite au sein d'une association martiniquaise (Espace Caribéen Mango) dont la défense et l'illustration de la langue créole était l'un des axes majeurs de son activité. Il est assistant parlementaire en France de 1986 à 1990. Également journaliste, il écrit de nombreux articles dans diverses revues.

En 1999, il regagne la Martinique où, durant deux années, il enseigne la langue et culture créoles à l'Université des Antilles et de la Guyane, à Schœlcher, en tant que « maître de conférences associé ». Depuis, il réalise à Radio Martinique une émission consacrée à la langue créole, et participe à des ateliers d'études du créole ouverts aux créolophones d'origine, d'adoption ou d'option.

C'est alors qu'après sa production poétique (uniquement) en créole, renouant avec le théâtre il passe, selon sa propre expression, « du duel au duo » en écrivant des pièces bilingues où alternent le créole et le français et par lesquelles il dénonce les tares de la petite-bourgeoisie martiniquaise aliénée, les effets ravageurs de la société d'hyper-consommation dont la télévision, tueuse d'imaginaire, est l'un des instruments premiers.

– Stéphanie Bérard

espace

bleu

Oeuvres principales:

Poésie en créole:

Prose:

Traduction par Daniel Boukman:

Théâtre:

Divers:

bleu

Articles sélectionnés sur Daniel Boukman:

espace
Sites et liens sélectionnés
Liens sur Daniel Boukman
espace

sur Île en île:

ailleurs sur le web:

Retour:

bleu
 
« île en île » - page d'accueil
index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
 
Dossier Daniel Boukamn établi en collaboration avec Stéphanie Bérard.
tous droits réservés © 2004-2012
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/boukman.html
mise en ligne : 15 septembre 2004 ; mise à jour : 29 décembre 2012