index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
Littérature - index
Rassoul Labuchin
« île en île » - page d'accueil
espace

Textes lus par l'auteur

extraits de poésie (an kreyòl) et de prose (en français)

espace
Rassoul Labuchin lit plusieurs poèmes inédits en créole, et des extraits de deux nouvelles (en français), « Le Loup-Garou-Blanc » et « Grenadine ».

Enregistrement de 10 minutes. Filmé à Port-au-Prince en 1992, l'une des vidéos d'auteurs haïtiens de Jean-François Chalut.

Dossier présentant l'auteur sur Île en île : Rassoul Labuchin.

espace

début - Tonton makout volè rèv
01:34 - Pwezi damou
02:17 - Lanmou
02:33 - Revolisyon
02:48 - Leson misik
03:49 - (Introduction)
04:33 - Le Loup-Garou-Blanc (extrait)
07:53 -
Grenadine (extrait)

bleu

Tonton makout volè rèv

Granmè mwen bò manman m
Te gen yon vye pandil
Ki pa t janmen sispann sonnen
Depi sizè dimaten
Jouska sizè dimaten
Tik-tak tik-tak
Tout lasent jounen

Lè m te timoun piti
Leswa avan m dòmi
Mwen te toujou koze
Ak vye pandil sila a
Sa te fè m fè bèl rèv
Rèv Endyen Sibone
Bèl rèv Sòlda mawon
Dessalines ak Pétion

An mil nèf san swasant
Epòk grèv etidyan
Mwen te kache lan bwa
Akòz tonton-makout
Ki te vle arete m
Yo te pase lakay
E kòm yo pa t jwenn mwen
Yo te pran pandil la

Tik-tak tik-tak
Tout lasent jounen
Pandil la te toujou kontinye ap sonnen
Jous jounen jodi a
Depi sizè dimaten
Jouska sizè dimaten
Lan kannari kè mwen

espace

Pwezi damou

Son w ti pwezi damou
Mwen mare byen sere
Lan sak zòrye rèv mwen
Pou m pa pèdi memwa

M sonje lè n te kontre
Lalin t ap kabicha
Sou yon dodin solèy
Lan mitan gwo jounen

Ou te tanmen gade m
Kòm–ki-dire
Mwen te yon nuaj
Yon poto fiks
Yon estati
Lan repozwa

Odè pafen cheve ou
Te dekore krisal zye mwen
Mwen te remen w

Depi maten
Yon gout dlo je
Ki te glise
Sou fil popyè m
Te ret pandye
Ap balanse
Plede chante
Chante lanmou
Lan veye kè m

 

Lanmou

Lanmou s on drapo wouj
revlisyon ki v'le mete dife
nan ble syèl pay Bondye
pou fè zetwal kè nou souri danmou


Revolisyon

Bati yon kay
prantan
Bati yon bèl kay
pran plis tan
bati yon Sitadel
se yon mèvèy
fè revolisyon
pi bèl pase yon mèvèy

espace

Leson mizik

Konpè pwezi
Ki rankontre
Zanmi mizik
Granm timaten
Lan yon jaden
K ap pouse flè

Bonjou Konpè
Bonjou Zanmi

Kisa w santi
Konpè pwezi
Lan jaden flè
K ap kabicha
Malgre solèy
Te fin leve

Anyen zanmi
Se flè lanmou
Mwen t ap bouske
Ki te mennen m jous bò isit

Zanmi mizik
Te pran chante
Pou l reveye
Tout flè lanmou

Gras a do re
Mi fa sòl la
Si do re mi
Tout flè lanmou
Te reveye louvri zèl yo
Pou yo danse
Pa yanvalou
Mayi nago
Leve janm ap voltije
Kouri monte kouri desann

Konpè pwezi te gade sa
Ak kè kontan
Li di zanmi l
Mèsi bokou pou leson an
Konsa l pati al konpoze pwezi mizik
Pou l reveye lanmou lan kè l
Lan kè tout flè ki sou latè

 

Le Loup-Garou-Blanc

(extrait, précédé d'une introduction au texte)

     Au premier coup de canon annonçant le départ du Loup-Garou-des-Caraïbes, les gens arrivaient en masse de tous les corridors, et de toutes les zones populaires. S'y trouvaient mêlées toutes les espèces d'animaux en voie de disparition. Personne ne s'était étonné de voir les Ouanga-Négresses revendiquant des fleurs à leur survie ; les colobris verts chantant leurs trépas ; les papillons de la St. Jean dansant leur exode ; les bêtes d'argent pleurant leur nostalgie de sucrins et d'acacias ; les demoiselles à la jupe fleurie réclamant la main rieuse d'enfants des quartiers pauvres. L'entraînante mais triste chanson du colibri servait de leitmotiv à la multitude parquée sur le wharf de Port-au-Prince :

Au grand chemin je picorais
Mais survint la pluie
Pas de rosée pourtant à mon plumage
Les fleurs disparaissent
Les grands arbres aussi
Nous disparaissons tous :
Le Ouanga-Négresse
Le colibri vert
Les papillons de la St. Jean
La bête d'argent
Les demoiselles à la jupe fleurie.

     Dès que la vieille monta à bord, les gens du peuple se mirent à la chahuter avec des chansons dont l'une, la plus cocasse, me revient aujourd'hui à la mémoire. Je ne sais pas trop pourquoi on voulait baptiser la vieille du nom de Éléna ; ni pourquoi cette chanson :

Anyé Éléna
La cambise est finie
Tu peux prendre le large
Et te faire ailleurs
Admirer le cul
Le peuple en a marre
Il a marre
De tes turlututu
Anyé Éléna
Anyé !

     Le monstre fuyard qui avait un pied-à-terre dans les sabliers laissa notre Quisqueya enchanteresse après les désastres qu'il a occasionnés dans toute l'île, pour se rendre à la Maison Blanche où de Supers Conseillers se préparaient à le recevoir.

     Le fidèle représentant de l'Aigle Impérial avait pu échapper à la colère populaire pour regagner tranquillement ses pénates et rejoindre ainsi ses acolytes d'outre-mer. Il nous reviendra sine die. On lui changera la peau. On lui façonnera un autre museau. Les compatriotes mettront du temps à découvrir son nouveau visage ; car sa parole sera proche de celle du peuple. Il se présentera comme celui qui mettra fin à la misère et à l'ignorance. Il n'y aura cependant pas mille moyens pour le connaître sous son vrai jour. Il suffira de se mettre à l'écoute du Big Stick qui l'encensera tant qu'il tiendra le coup.

     Saurais-je aujourd'hui, homme adulte et responsable, formuler une morale à cette histoire de mon enfance ?

     Un velche couronné est pire qu'un fauve lâché dans le mitan des Hommes.

     Un peuple non organisé et divisé doit toujours avoir prête son infusion de verveine pour ne pas mourir de saisissement.

espace

Grenadine

(extrait)

     J'épelle l'amour comme au jour de notre première bise.

L'Abécédaire !
J'aime, j'aime, j'aime…

     Aimer quand ce n'est ruse, égale la puissance houleuse des vagues, l'étendue immense du Cosmos, la colère créatrice des masses.

     J'aime la mer Caspienne, le Juif, l'Indochine, vivre, aimer.

     En cet instant profond de l'instance suprême, mort à l'homme qui tue l'homme pour se bleuir les dents.

     Dans le journal d'hier, j'ai lu entre les lignes que la fin des vautours approche.

     Le tiers-monde s'embrase de joie : la victoire est pour demain, avant que les doigts roses de l'aurore caressent les joues matinales de nos fiancées.

     L'arc-en-ciel fait le tour de nos montagnes ensorcelantes ; apporte un peu partout la bonne nouvelle :

     – Réveillez-vous, gens de la ville. Réveillez-vous, gens des faubourgs. C'est pour demain, réveillez-vous : la montagne lance des oeillades à la plaine.

     J'ai beaucoup appris depuis mon affranchissement. J'ai écrit, j'y renonce, je me déprends, j'écris.

     Prisonnier de la mauvaise saison, moi, ce fou de toi, rentré de captivité à point nommé, je me blottis là, dans la rainure de ton espace multiforme.

     Et de composer tous deux, jetés dans le lit muet depuis mon absence, de nouvelles notes d'amour, de ferveur, de félicité.

bleu

Rassoul Labuchin espace

Labuchin, Rassoul. Extraits de textes (vidéo).
Port-au-Prince (1992). 10 minutes. Île en île.
Mise en ligne sur Dailymotion et YouTube : 7 mars 2014
Caméra : Jean-François Chalut

En créole, les poèmes sont inédits.
En français, les deux extraits en prose sont tirés des nouvelles « Le Loup-Garou-Blanc » et « Grenadine », du recueil Et la fête sera belle, publié à Port-au-Prince à l'Imprimerie Henri Deschamps en 1979, pages 36-38 et 65-66.

© 1979, 1992 Rassoul Labuchin (textes)
© 2014 Île en île (vidéo)
tous droits réservés

retour en haut de la page

bleu

Retour:

bleu
 
« île en île » - page d'accueil
index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
 
tous droits réservés © 2014
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/archives/labuchin_extraits.html
mise en ligne : 7 mars 2014