index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
Littérature - index
Déita
« île en île » - page d'accueil
espace

La légende des loa du vodou haïtien

espace
Déita lit un extrait de son essai, La légende des loa du vodou haïtien (1993). Il s'agit du début du premier chapitre, « Les Rada et les Nago ».

Enregistrement de cinq minutes. Filmé chez l'auteure à Morne Hercule (Pétion-Ville) en 1992, l'une des vidéos d'auteurs haïtiens de Jean-François Chalut.

Dossier présentant l'auteure sur Île en île : Déita (Mercedes Foucard Guignard) (1935-2012).

 

espace

 

bleu

Les Rada et les Nago

(extrait)

     Debout sur les bords du fleuve Artibonite, elle contemplait cette masse d'eau qui cheminait avec nonchalance vers la mer. Tant d'eaux perdues, gaspillées. À côté, tant de terres incultes, faute d'irrigation. Elle se disait, si le fleuve étendait de lui-même des bras un peu partout, alors les choses seraient…

     Emportée par ce rêve, elle ne prit garde au boeuf qui la frôla. Elle était si près de la berge que son pied glissa dans le vide. En un réflexe de conservation, elle s'agrippa à un bouquet d'herbes. Il déracinait sensiblement sous son poids, tandis qu'elle tentait d'atteindre la berge. Soudain un chant jaillit du bouquet :

          Ibolélé, Ibolélé, Ô ! Ibolélé
          Latibonit Granmoun pa jwe non !
          [L'Artibonite, les grandes personnes ne plaisantent pas !]

     Le support continua de céder comme une tête qui se penche. Sa main gauche essaya de s'enfoncer dans la terre, ses pieds déjà effleuraient la surface liquide. Elle allait tomber dans le courant qui l'emporterait à l'embouchure où les requins guettent leur proie. Elle convergea toute son énergie volitive vers la survie. Malgré sa pratique de la natation n'aurait-elle pas été en péril, ne dit-on pas que les eaux de l'Artibonite recèlent des tourbillons et des algues paralysantes ?

     Quoi qu'il en soit, elle n'eut pas le temps d'en faire l'expérience. Des mains farouches la saisirent par les aisselles. Tout à coup elle se trouva en face d'un demi dieu. Une beauté mâle à donner le frisson. Un regard immense. Cet homme lui parla dans une langue qu'elle entendait pour la première fois. Elle essaya de balbutier des formules de remerciements. Un son rauque partit de sa gorge. Le regard du démiurge fouillait son âme. Les pensées affluaient en torrents dans sa conscience. Elles s'enchevêtraient, se diluaient, se clarifiaient puis s'estompaient sans lui donner le temps de les appréhender. Étaient-ce cela les rapports entre la vie que l'on quitte et la vie où l'on entre ? Cet état précédant la rupture du cordon d'argent décrit par les ésotérismes, était-ce cela ? Était-elle morte ou vivante ? Elle avait si mal aux bras, probablement, elle devait être vivante. Pourtant tout avait un air si différent autour d'elle. Le paysage verdoyant revêtait, en plein soleil, un aspect bleuâtre.

     L'homme majestueux et auguste lui adressa encore quelques mots qui sonnèrent comme l'arabe. Alors un souvenir assaillit sa mémoire. Naguère n'avait-elle pas souhaité rencontrer le grand Boukman qui lui raconterait, la vraie Cérémonie du Bois Caïman, au cours d'un voyage astral ? Le nom jaillit de sa bouche : « Boukman ! » Satisfait d'être ainsi reconnu, il s'écria : « Tu l'as dit ! En effet je suis devant toi ». Que pouvait-elle faire d'autre sinon attendre qu'il lui explique la raison de sa présence en cette journée ensoleillée d'un 14 août des années 1980. Elle attendit. Lui garda le silence. Il sourit avec affection et entama la relation des faits qui l'intriguaient.

     « Rien n'est l'effet du hasard. Tout est coïncidence. Tu avais désiré me rencontrer hors du domaine réel, je ne le voulais pas. Tu as été attirée ici, sur les bords du fleuve Artibonite. Le boeuf n'a pas été un accident, ton pied qui glissa non plus. Ce qui n'était pas prévu, c'est que tu t'accrochasses aux cheveux de la Grand' Ibolélé ».

bleu

Déita (Mercedes Foucard Guignard) espace

Déita. La légende des loa du vodou haïtien (extrait) vidéo.
Pétion-Ville (1992). 5 minutes. Île en île.
Mise en ligne sur Dailymotion et YouTube : 22 juillet 2014.
Caméra : Jean-François Chalut.

Texte extrait de La légende des loa du vodou haïtien (Port-au-Prince: Déita, 1993, pages 2-3).

© 1993 Déita (texte)
© 2014 Île en île (vidéo)
tous droits réservés

retour en haut de la page

bleu

Retour:

bleu
 
« île en île » - page d'accueil
index du site, recherche
Océan Atlantique
Antilles / Caraïbes
la Méditerranée
Océan Indien
Océan Pacifique
 
tous droits réservés © 2014
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/archives/deita_legende.html
mise en ligne : 22 juillet 2014